CIRDEL

Violences de certains policiers, un procès de plus le 8 décembre

mardi 6 décembre 2005.

Une fois de plus la couleur de la peau est une présomption de culpabilité et une discrimination négative !

RDV au palais de justice le 8 décembre 14H !

Dans la nuit du 29 au 30 octobre 2005, devant le restaurant Diakhas say, 200 rue de Créqui (Lyon 03), une dispute dans la rue a occasionné l’arrivée d’une voiture de police suivie de plusieurs véhicules.

Monsieur et Madame Selengouma, de nationalité française, ainsi que Messieurs Domitien, l’un de nationalité française, l’autre centrafricaine, domiciliés à Lyon et Paris, en sortie ce jour là pou fêter un anniversaire au restaurant se sont vus interpeller de manière très musclée par des policiers alors qu’ils traversaient la rue pour récupérer leur voiture. Ils sont inconnus des services de police et tous pères de famille sans histoire.

Devant cette situation Monsieur Selengouma précise à messieurs Domitien de ne pas rester là et de partir, à ce moment là il reçut un coup d’un homme qui se révélera être un policier en civil, ils se trouvèrent plaqués à terre et menottés avant d’être embarqués dans le fourgon de police. Madame Selengouma qui assistait à la scène, voulut défendre son mari et commença à hurler qu’il n’avait rien fait, qu’il était innocent, surgit alors une policière qui la jette à terre, la menotte et l’embarque elle aussi dans un fourgon. Entre temps, les deux frères Domitien se sont vus eux aussi sévèrement molesté et emmenés à l’hôtel de police.

A ce jour, 3 personnes sont écrouées. Monsieur Selengouma et Messieurs Domitien ont été présentés en comparution immédiate le 31 octobre au tribunal de grande instance de Lyon. Le juge a émis une décision de détention préventive jusqu’à la date du procès, le 8 décembre 2005 à 14h. Tous les trois sont poursuivis pour "trouble à l’ordre public".

Le CIRDEL sera présent à l’audience le jeudi 8 décembre au palais de justice de Lyon rue Servient.

Nous constatons une fois de plus que la couleur de la peau vaut présomption de culpabilité, c’est une véritable "discrimination négative".


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 128823

Suivre la vie du site fr    ?

Site réalisé avec SPIP 2.0.3 + AHUNTSIC

Creative Commons License