CIRDEL

Rencontre Amis du Monde Diplo / CIRDEL le 15/11

lundi 14 novembre 2005.

REUNION des Amis du /Monde diplomatique/

Le mardi 15 novembre à 20 h 30 au Totem, 90 Cours Tolstoï (bus n°1 arrêt Verlaine) à Villeurbanne

« Allons-nous vers un état sécuritaire ? »

Les multiples lois Sarkozy, Perben et les projets à venir contre le terrorisme, et sur la prévention de la délinquance modifient en profondeur le code pénal et le code de procédure pénal. Elles répondent à une logique purement policière du traitement de la délinquance dont les acteurs responsables de tous nos maux seraient les gens "de la rue" ; Et c’est au nom des pauvres, des précaires, des exclus et maintenant des terroristes que ces textes liberticides sont écrits. Au nom d’un parler prétendument vrai...

En 1997, les Rencontres de Villepinte (sous le gouvernement de la gauche plurielle) ont marqué un tournant dans le traitement de la délinquance. Avec l’instauration des contrats locaux de sécurité, les gouvernants cessent d’expliquer la délinquance à travers ses causes sociales pour n’appréhender que l’acte lui-même et son traitement purement policier. Il s’agissait pour le politique d’évacuer, sans le dire, son incapacité récurrente à fournir des réponses efficaces aux fléaux de notre société, tel le chômage ... Ils ont préféré flatter l’opinion publique en lui tenant un discours démagogique et discriminatoire jusqu’alors entretenu par l’ extrême droite, habituée à cet exercice nauséeux.

Les assassinats du 11 septembre 2001 à New York, permettent d’asseoir les dispositifs les plus sécuritaires pour faire face, disent-ils, à la menace terroriste, en tordant le cou à la loi "présomption d’innocence" tant décriée par les syndicats de police venus déverser leur lot de manifestants mécontents dans les rues de Paris....

Ces textes " Sarkozy-Perben" sont attentatoires à nos libertés parce qu’ils stigmatisent des profils types porteurs de tous nos maux ; parce qu’ils créent des délits nouveaux, parce que les peines sont considérablement aggravées, mais aussi parce ces textes et leurs auteurs affichent un mépris pour la justice et les justiciables en amenuisant notamment l’intervention des contres-pouvoirs que sont les magistrats et les avocats.

Ces textes démontrent à l’évidence que les gouvernements préfèrent donner aux policiers des pouvoirs nouveaux et très importants ainsi que des moyens financiers qui vont permettre une maximisation du contrôle social plutôt que de donner à la justice et aux travailleurs sociaux les crédits dont ils ont besoin, pour permettre un accès à la justice égal pour tous et organiser la prévention plutôt que la répression.


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 128823

Suivre la vie du site fr    ?

Site réalisé avec SPIP 2.0.3 + AHUNTSIC

Creative Commons License